Mizo Arts

UN CON SCIENT

 

Des milliers d’années sont passées depuis l’apparition de l’homme sur terre, l’espèce a évolué dans tous les sens, les philosophies se sont multipliées, les religions et les croyances aussi. Les guerres se sont succédé, l’histoire s’est répétée, un cercle vicieux duquel personne n’a pu échapper, l’humanité renaquit de sa médiocrité, s’est dégradée dans sa tourmente, s’est perdue pour ne jamais se retrouver. Une génération hédoniste est née de ce chaos millénaire, une espèce d’humains d’un nouveau genre a vu le jour, animée du feu suprême, elle ne recule devant rien, imperméable à la douleur. Douleur devenue drogue sans quoi elle ne conçoit pas son existence. Audacieuse, constamment à la recherche de la sensation qui la fera vibrer, du petit truc qu’elle va chercher à grands coups de poing dans les entrailles de son âme.

12962398_1272632762751083_1463235796_o

Une génération perdue dans un tout qui ne la comble de rien. Âmes livides, errantes, au passé flou et à l’avenir ombrageux. Une génération qui voit son avenir ailleurs. Où ? Peu importe. La terre qui l’a enfantée a du mal à la porter, le sol la repousse. Êtres humains aériens, flottants dans leur néant intérieur, maudits par le malheur hérité de leurs aïeules, aveuglés par un passé presque imaginaire qui les emprisonne… les empoisonne. A l’origine de leurs maux, des croyances insensées, infondées…Lâcheté.

12948571_1272633082751051_1382407358_o

Le sacre du vulgaire et de la provocation, Narcisse revient en sauveur des égos insatiables. Crépuscule de l’humanité, espèce consciente de sa perdition, au point de non-retour, elle préfère se cracher de tout son poids contre le mur des conventions sociales en un majestueux feu d’artifice de vanités que de s’éteindre dans l’indifférence. Elle promet à l’humanité une fin digne de son début, un bigbang final à l’image de l’existence tumultueuse qu’elle a connue, un spectacle grandiose, une supernova ! L’univers résonnera des échos de l’ère humaine, portera en lui ses marques indéfiniment. Jamais il ne l’oubliera !

TEXTE : RESLANE LOUNICI

MODEL : YOUNES REBIAI